Depuis le parking Ecuyer (arrière de la place de la Monnaie). Vers 1980 par © Dada

Rechercher un nom, un lieu:




Section :

 Rue du Rempart des Moines
  Paepen vesten (ancien nom)

Photo(s) (11)
[+16 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  4   Ancienne école primaire n° 3 (rue du Rempart des Moines n° 86)
  3   Maison "Mosaïques" (Rue du Rempart des Moines n° 147)
  3   Logements sociaux (Rue du Rempart des Moines n° 53 à 135)
  2   Dispensaire de la Croix-Rouge (Rue du Rempart des Moines n° 78)
  1 Monument Pierre Van Humbeeck
  1 Impasse de la Perle d'Amour (Impasse de la Nacre (ancien nom))
  1   Immeuble de 1899 (Le "Barbeton", rue de Rempart des Moines n° (114))
  1   Immeuble à appartements (Rue du Rempart des Moines n°25 à 29)

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Le pentagone >  Rue du Rempart des Moines

Description (historique/actualité/....) :

Cette rue suit les anciens Petits Vieux Remparts.


Commence au carrefour formé par la rue Léon Lepage, la rue de Flandre, et la rue du Marché aux Porcs.

Longue de 550m, elle coupe la rue Antoine Dansaert, la rue du Houblon, reçoit à sa gauche la rue du Boulet, coupe la rue Notre-Dame du Sommeil et aboutit rue des Fabriques.

Au XIIIe siècle, la prospérité de Bruxelles développe des quartiers d'habitation hors des murs de la première enceinte.
Vers 1238, les Dames-Blanches reçoivent l'autorisation d'installer leur couvent à l'angle formé par le fossé de la première enceinte et l'entrée de la rue de Flandre.
Au XVe siècle, il prend le nom de Couvent de Jéricho.
Afin de protéger le couvent ainsi que les habitations avoisinantes, un rempart est construit de la Senne de Ransfort (aujourd'hui approximativement la rue des Fabriques) jusqu'au chemin de Laeken (actuelle rue de Laeken, à hauteur de la rue du Cirque.)
Appelé cleyne vesten (= petits remparts) il perd toute utilité après la construction de la deuxième enceinte (1357-1379).
Au cours des siècles, les remparts seront dénommés : paepen vesten (= remparts des prêtres),
Chartroisen grecht (= fossé des Chartreux), Petits Vieux Remparts.
Au début du XVIIe siècle, le fossé est asséché. Le terrain divisé en lotissements est mis en vente.
En 1639, la rue est pavée.
En 1820, après la démolition de l'église du couvent des Chartreux, la partie comprise entre la rue Notre-Dame du Sommeil et la rue des Fabriques est percée.
A l'origine, elle s'appelait rue Saint-Bruno du nom du moine qui fixa les règles des Chartreux.
En 1898, la rue Rempart des Moines est amputée par le percement de la rue Antoine Dansaert et en 1912 par l'ouverture de la rue Léon Lepage.
De 1964 à 1966, le côté pair de la rue est démoli pour la construction des cinq bâtiments du Foyer bruxellois.