Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Ferdinand Foch
  Maréchal Foch

Classement de la section:

Personnes célèbres > Militaires et résistants >  Ferdinand Foch

Encyclopédie > Périodes de notre Histoire > Souvenir de 14-18 >  Ferdinand Foch

Description (historique/actualité/....) :

Biographie contextuelle

ReflexCity ne cherche pas à retracer la biographie complète des célébrités, ce qui ferait double emploi avec une multitude d'autres sites bien plus détaillés et précis, que chacun peut aisément consulter. Nous nous limitons ici à situer sommairement la personnalité et à mettre en évidence ses liens avec la région bruxelloise, chronologiquement et géographiquement.
Ferdinand Foch, maréchal de France, de Grande-Bretagne et de Pologne, est un officier général et académicien français né à Tarbes le 2 octobre 1851 et mort à Paris le 20 mars 1929.

Biographie sommaire

Ferdinand est le sixième des sept enfants de Napoléon Foch (tout un programme)
À la déclaration de guerre contre l'Allemagne, en 1870, il s'engage au 4e régiment d'infanterie. À la fin de la guerre franco-prussienne, il décide de rester dans l'armée et intègre l'École polytechnique, dont il sort en 1873 comme officier d'artillerie. Il sera nommé colonel en 1903, général de brigade en 1907.
Il assume le commandement de l'École de Guerre de 1907 à 1911, année où il est nommé général de division ; puis en 1913, général commandant de corps d'armée, à la tête du 20e corps d'armée de Nancy. Il commande la IXe armée lors de la bataille de la Marne et coordonne les armées britanniques, françaises et belges durant la course à la mer.
À l'origine de la bataille de l'Artois (1915) et de celle de la Somme (1916) il tombe en disgrâce provisoire, conséquence de sanglants échecs.
Mais en mars 1918 il commande en chef le front ouest (qui concerne directement la Belgique) où il bloque les offensives allemandes.
Le 6 août 1918, il est fait maréchal de France, et c'est avec cette distinction qu'il planifie et mène l'offensive générale qui force l'Allemagne à demander l'armistice, le 11 novembre 1918.
Peu après il sera élu à l'Académie française.

Hommages

L'avenue Maréchal Foch rappelle sa mémoire.

Pour commémorer le centenaire de sa naissance (1961) un buste le représentant a été érigé le long d'une façade latérale de Notre-Dame de Laeken.
Failed to link to Section#9829 !