Vue depuis le parling Ecuyer. Vers 1978. © Dada

Rechercher un nom, un lieu:




Section :

 Rue de Ruysbroeck

Photo(s) (19)
[+15 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  5 Rue de Ruysbroeck n°2 (Archives Générales du Royaume)
  1 Rue de Ruysbroeck n°29
  3   Rue de Ruysbroeck n°35 (ancienne imprimerie, le faux Soir )
  6 Statue Naissance de l'Homme

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Le pentagone >  Rue de Ruysbroeck

Description (historique/actualité/....) :

Longue de 300 m, elle relie la place de la Justice à la rue de la Régence.

Déjà citée au XIIIe siècle, la rue tire son nom du ruisseau qui formait le fossé le long de la première enceinte (côté pair de la rue) et aux nombreuses sources qui peuplaient le terrain au moyen-âge.
Au bas de la rue l'enceinte formait un coude en direction de la Steenpoort (boulevard de l'Empereur).
Une tour munie d'un viquet (Ruysbroeckwicket) reliait les deux parties de courtine.
[Viquet : passage ouvert dans une tour. Il permettait uniquement le passage de piétons]

En 1540, les maîtres de l'église du Sablon demandent la démolition de la tour afin de permettre le passage de l'Ommegang de la

place du Grand-Sablon
vers la Grand-Place.
Une partie de la voûte et des contreforts seront démolis.
Il faut attendre 1606 pour que disparaisse la tour lors de la construction de l'église du couvent des Jésuites.

Après la construction de la deuxième enceinte et l'assèchement du Ruysbroeck, le côté gauche de la rue se couvre de maisons qui utilisent les courtines comme murs.

Entre 1960-1969, lors de la construction de la Bibliothèque royale Albert Ier (l'Albertine), les vestiges des courtines seront démolis.

A l'origine la rue de Ruysbroeck rejoignait de façon rectiligne la rue des Petits Carmes. En 1827, lors du percement de la rue de la Régence, la déclivité du terrain oblige les ingénieurs à prévoir un pont métallique enjambant la rue de Ruysbroeck afin de garder à la rue de la Régence une pente normale.

De 1887 à 1890, des travaux sont entrepris pour supprimer le pont et niveler le terrain, élargir et prolonger la rue de la Régence jusqu'au nouveau palais de Justice.
La rue de Ruysbroeck sera reliée à la rue de la Régence par un coude en pente raide.

Le côté impair de la rue, de la place de la Justice à la rue de la Paille, appartenait, depuis 1604, au couvent des Jésuites.

En 1816,les locaux du couvent sont transformés pour abriter le premier palais de Justice de Bruxelles.
Entre 1895 et 1898, après la démolition du palais de Justice, ce côté est reconstruit en style éclectique.
L'architecte Paul Hankar dessine les plans de l'hôtel Keyer qui formait le coin de la place de la Justice et la rue de Ruysbroeck.
Ce pâté de maisons disparaîtra sous l'immeuble de la R.T.T. dont la construction débute en 1947 pour s'achever après plusieurs poses en 1980.

Dans sa partie basse, la rue s'élargit pour former une petite place rectangulaire. Toute cette portion (côté numéros pairs) est occupée par un immeuble moderne abritant les "Archives générales du Royaume".

Actualité 2009

La majeure partie de la rue a été transformée en piétonnier et agrémentée de très nombreux bacs à plantations. Elle forme depuis une agréable transition entre le quartier des musées et celui du Sablon.
(date exacte de l'aménagement à préciser éventuellement)
Failed to link to Section#10329 !