Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:




Section :

 Palais des Académies
  Palais Ducal (ancien nom)
  Anciennes Ecuries royales de la (Place du Trône)
  Académie des Sciences Lettres et Beaux-Arts
  Palais du prince d'Orange
  Rue Ducale n°1

Photo(s) (34)
[+10 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  2 Sculpture "La Surprise"
  2 Buste de Jean Stas
  2 Statue de Quetelet
  1 Sculpture le Discobole
  1 Buste de Jules Destrée
  1 Sculpture le Vainqueur
  1 Sculpture Caïn maudit

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Les quartiers de Bruxelles > Quartier Royal > Rue Ducale >  Palais des Académies

Académies Royales de Belgique >  Palais des Académies

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte François Tilman Suys >  Palais des Académies

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte Charles Vander Straeten >  Palais des Académies

Description (historique/actualité/....) :

Le Palais Ducal (de style néoclassique) et ses écuries furent érigés entre 1823 et 1828 pour le prince Guillaume d'Orange, fils aîné de Guillaume Ier, roi des Pays-Bas (Royaume uni des Pays-Bas) en reconnaissance de sa brillante conduite à Waterloo, et grâce à des fonds accordés par la nation. Ce dernier qui aimait séjourner dans nos régions y vécut effectivement avec sa famille de 1828 à la révolution de 1830 quand il du fuir précipitamment Bruxelles.

De la Révolution jusqu'à 1839 le bâtiment est sous séquestre. On y installe le Génie militaire.

Le palais est cédé à l'Etat belge en 1842; en 1853 il fut mis à disposition du prince Léopold (futur roi Léopold II) qui n'y résida pas.
Caserne de 1859 à 1852.
Le palais est transformé de 1859 à 1862 par l'architecte G. De Man.
En 1876 on y installa les sièges des deux académies du pays : l'Académie royale des Sciences, Lettres et Beaux-Arts (fondée en 1769 par l'impératrice Marie-Thérèse sous le nom de Société littéraire puis, par lettres patentes du 16 décembre 1772, elle devint l'Académie impériale et royale des Sciences et Belles lettres), et l'Académie royale de Médecine.

Notons ici que l'Académie impériale et royale des Sciences et Belles lettres fut dissoute par les Français en 1794 puis rétablie par un arrêté de Guillaume Ier le 7 mai 1816.

On y ajouta, par la suite, trois autres académies :
- Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique
- Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België
- Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België.

En 1879 on ajoute des hauts-reliefs sur les avant-corps (un pour chaque entrée). Ils représentent les Arts (Van Rasbourgh) et les Lettres (Lambert Herman) du côté de la rue Ducale: côté boulevard du Régent la Médecine (Auguste Braekveld) et les Sciences (Henri Sterckx).

Pendant la Première Guerre mondiale, les locaux servirent d'ambulance pour l'armée allemande.

Le palais fut encore profondément transformé de 1969 à 1976 : entre autres adjonction de salles en sous-sol.

Un évènement historique :

En novembre 1937 une conférence des Neuf Puissances y fut organisée. Elle tentait d'apaiser le conflit entre le Japon et la Chine. Antony Eden (Royaume Uni), Norman Davis (Etats Unis), Litvinov (URSS) et d'autres sommités de la politique participèrent.

Écuries de la Cour

Les écuries de la Cour (bâtiment rectangulaire) datent du Royaume Uni des Pays-Bas, elles sont construites en 1815-1828.
L'extension circulaire date de 1859 et sert depuis d'entrée.
Les écuries servirent ensuite d'écuries royales aux véhicules des souverains belges.
En 1966 elles sont offertes aux Académies ; elles servent alors de bibliothèque. L'accès y est parfois autorisé.

En 1990 on restaura la verrière.

Note: il exista également les écuries royales de la rue de Namur.

Jardins du Palais

L'édifice est entouré d'un jardin, certes d'assez petite taille, mais remarquable à bien des égards et ouvert au public (horaires en fonction de la saison). Aménagé à la française autour du corps de bâtiment principal et à l'anglaise aux extrémités, il offre quelques magnifiques arbres centenaires et une petite dizaine de sculptures, allégories ou personnages de notre histoire nationale, souvent dues à des artistes réputés.
Entre autres, la façade, côté Petite ceinture est précédée de trois sculptures d'inspiration allégorique ou antique.

Infos complémentaires

- http://www.armb.be