Panorama Grand-Place Palais royal Hilton (vue depuis parking 58 - par © Dada)

Rechercher un nom, un lieu:


Section :

 Carrefour Royale-Louvain-Croix de Fer-Enseignement

Photo(s) (13)
[+8 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  8 Statue Brialmont

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Le pentagone > Quartier Notre-Dame-aux-Neiges >  Carrefour Royale-Louvain-Croix de Fer-Enseignement

Description (historique/actualité/....) :

Suite à divers travaux d'urbanisation, elle est devenu la place sans nom du quartier Notre-Dame-aux-Neiges.

Historique

Pour comprendre cette évolution historique il est indispensable de lire les sections consacrées sur ce site à la place de Louvain et à la rue Royale (la rue Royale neuve, soit le prolongement de cette rue vers Schaerbeek au delà du Treurenberg). Des constructions nouvelles sont apparues qui l'ont séparée de la place de Louvain, devenue une simple rue.
Pourtant depuis le réaménagement de Notre-Dame-aux-Neiges, il s'agit d'une vraie place, occupant un nombre respectable de m² où trône en son centre la statue du général Brialmont.

Cette place a une forme très caractéristique de demi-astérisque dont la base est constituée par la rue Royale, les trois branches par la rue de Louvain, la rue de la Croix de Fer et la rue de l'Enseignement. Elle propose trois beaux immeubles du XIXe siècle dus à l'architecte Antoine Mennessier et offre d'étonnantes perspectives.
Cette place se voulait la "porte" du quartier rénové.

Elle fut dès le début du siècle le terminus de plusieurs lignes de tramways qui faisaient une boucle autour de la statue.
Des numéros ne sont attribués aux lignes que depuis 1905.
A cette date :
Ligne 38 : Treurenberg - dépôt de Woluwé
ligne 40 : Treurenberg - Tervuren.
De 1925 à 1947, ligne 39 : Treurenberg - Stockel (nous ignorons si la ligne 38 disparaît à ce moment)
La ligne 40 quittera les lieux pour être prolongée jusqu'à Yser au milieu des années 1950.

Rétro

Dans l'immédiat après-guerre, il y avait donc là le terminus de deux lignes des "tramways bruxellois". Le conducteur et les receveurs (une équipe comprenait alors trois personnes) allaient se désaltérer dans un bistrot voisin, à l'enseigne "au Treurenberg", qui existe toujours en 2012.