Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Willy Vandersteen

Classement de la section:

Personnes célèbres > Bande dessinée >  Willy Vandersteen

Description (historique/actualité/....) :

Repères biographiques

Willy Vandersteen, Willebrord Jan Vandersteen, est un scénariste et dessinateur néerlandophone de bandes dessinées, né le 15 février 1913 à Anvers, et mort à Edegem1 le 28 août 1990.
En cinquante ans de carrière, il a publié plus de mille albums de bande dessinée répartis en vingt-cinq séries et vendus à plus de deux cents millions d'exemplaires. Il a également créé le Studio Vandersteen qui continue encore aujourd'hui certaines de ses séries.
On le considère, avec Marc Sleen, comme le père fondateur de la bande dessinée flamande, tandis que la création de son propre studio et la production et la commercialisation massive de son œuvre lui vaut d'être qualifié de « Walt Disney des Pays-Bas ».
Il est surtout connu pour être l'auteur de la série Suske en Wiske (en français Bob et Bobette), dont les albums se vendent encore aujourd'hui à cinq millions d'exemplaires chaque année. Ses autres séries majeures sont Le Chevalier Rouge et Bessy qui connut un succès colossal en Allemagne.

Fils de sculpteur ornementiste, il décide de travailler dans la bande dessinée. Ses premiers dessins et gags paraissent en 1939 dans Entre Nous, la revue interne des grands magasins À l'Innovation.
Bob et Bobette apparaissent en 1945, (publication dans le quotidien dans De Standaard) puis, en français, dans Le Journal de Tintin. A la demande d'Hergé, avec lequel il collabore directement, et pour mieux s'intégrer au style général du journal, Vandersteen fait évoluer son graphisme vers un style plus proche de la ligne claire.
Bob et Bobette ont survécu à son auteur et la série compte aujourd'hui plus de 300 albums.
Hergé l'a surnommé le « Breughel de la bande dessinée ».

Deux albums à épingler :

Ils nous plongent tous deux dans le sanglant XVIe siècle aux Pays-Bas et ont pour thème central la résistance à l'occupant espagnol. Elles sont parmi les très rares bandes dessinées de l'école belge à avoir notre Renaissance et ses troubles comme sujet.

Les Aventures de Thyl Ulenspiegel : « La Révolte des Gueux » Editions du Lomberd. 1954. L'inspiration de Charles de Coster semble évidente. L'action se passe à Damme en Flandre, et le Prince d'Orange, Guillaume le Taciturne joue un rôle dans le scénario.

Les Aventures de Bob et Bobette : « Le Fantôme espagnol » (1952 - Même éditeur). Le premier et malheureusement le meilleur d'une interminable série. Même sujet que « La Révolte des Gueux » mais ici l'action se déroule à Bruxelles et aux alentours immédiats (Beersel, Gaesbeek, etc.)
Toute l'intrigue qui nous fait remonter le temps est bâtie autour d'une toile de Pierre Breughel l'Ancien, « Repas de Noces paysannes ». Le peintre lui-même apparaît dans le récit, ainsi que le Duc d'Albe. De nombreuses vignettes représentent la Grand-place et plus particulièrement l'Hôtel de ville et sa fameuse Salle gothique, le tout avec une grande fidélité dans les détails. La Porte de Hal y est dessinée également.
Plus significatif encore, l'une des âmes de la lutte contre l'Espagnol est Van de Molenburg, bourgmestre de Kriekebeek. Ses traits sont ceux de Joseph Van de Meulebroeck (1876 - 1968), bourgmestre de Bruxelles et grand résistant.
Ces deux ouvrages sont en bichromie, ce qui est relativement rare.

Vandersteen a été récompensé au festival d'Angoulême en 1977.