Port de Bruxelles, Bassin Vergote (depuis la place des Armateurs)

Rechercher un nom, un lieu:


Section :

 Porte de Namur
  Nouvelle Porte de Coudenberg

Photo(s) (18)
[+30 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  10 Station Porte de Namur
  5 Signe de Lumière (monument)
  10 Fontaine Charles de Brouckère (Fontaine De Brouckère)
  5 Fresque de la Porte de Namur (Chaussée d'Ixelles n°7-9, ROB traiteur, Porte de Namur, porte de l'amour)

Classement de la section:

Ponts et chaussées > Petite Ceinture >  Porte de Namur

Les bâtiments > Les bâtiments remarquables (patrimoine) > Les bâtiments et éléments disparus > Anciennes Portes de Bruxelles > Deuxième enceinte >  Porte de Namur

Description (historique/actualité/....) :

Les deux portes

Ne pas confondre :
- La porte de Coudenberg faisait partie de la première enceinte (XIIIe siècle) et se situait à l'endroit de l'actuelle intersection entre la rue Brederode et la rue de Namur. Elle fut démolie 1754.
- La nouvelle Porte de Coudenberg faisait partie de la seconde enceinte (XIVe siècle) et était située elle aussi dans la rue de Namur mais à hauteur de la rue de la Reinette. Dans les textes de 1386 et 1408 elle est citée : foris novam portam frigidi montis. L'ensemble de cette construction aboutissait dans l'actuelle rue de Stassart.

(Note : ce n'est pas la raison pour laquelle il existe un parking "Les Deux Portes", celui-ci étant situé entre la Porte de Namur et la "Porte" Louise). Vers le milieu du XXe siècle, l'association des commerçants du 'haut de la ville' s'appelait "Les deux Portes".
Pourtant lorsque les deux portes de Coudenberg n'étaient pas encore démolies on a aussi parlé d'entre les deux portes pour quartier qui les séparait (dans la rue de Namur).

De nos jours la 'Porte de Namur' est, dans l'esprit des Bruxellois, associé au début de la chaussée d'Ixelles et de la chaussée de Wavre. La Station Porte de Namur aide bien entendu les Bruxellois à s'en souvenir. Cependant on parle de plus en plus de Matonge, surtout pour la chaussée de Wavre.

Quelques évènements

Le 22 août 1567, c'est par la porte de Namur que le duc d'Albe entra dans Bruxelles.

En 1673, devant l'approche des troupes de Louis XIV, les Ixellois participent activement à la construction du bastion fortifié de la porte de Namur.

C'est en 1785 que fut démolie (à la mine !) la vieille porte de Namur lors du démantèlement de la seconde enceinte.

Le quartier de la Porte de Namur ou plutôt le 'faubourg de Namur' est entièrement bâti vers 1850 (simultanément à celui de la rue de la Paix).

Le tunnel de la Porte de Namur fut ouvert le 21 avril 1967. (source : Frans Ringoot, Ixellois)

Historique

De la porte de Namur partaient deux grandes voies : l'une menant à Etterbeek (route vers Tervuren, Wavre), l'autre à Ixelles (route vers Notre-Dame au Bois, Waterloo, Genappe, Charleroi, Namur).
[Source: "New Picture of Brussels" De J. B. Romberg, 308 pages. Publié en 1820. Libre de droit sur Google Book.]

Après la démolition de la porte, on a construit, en 1836, sur le boulevard, à la "Porte de Namur" deux pavillons de l'octroi , architecte Auguste Payen, comme à deux nouvelles portes créées à la même époque : la porte de la Loi et la porte Léopold.
Après la suppression de l'octroi (21 juillet 1860), les deux pavillons de la Porte de Namur furent déplacés vers la future entrée du bois de la Cambre.

Le site est réaménagé en place publique en 1861.
Le nom officiel fut un temps Porte de Waterloo.

Le 12 octobre 1866 on inaugure la fontaine De Brouckère. Elle sera démontée en 1957 en vue du réaménagement de la 'Petite Ceinture' en 'autoroute urbaine'. La fontaine a finalement été installée au square Palfijn en 1977.

Actualité 2003

Novembre 2003 : Ecolo fait une proposition pour toute la Petite Ceinture.
En particulier pour la Porte de Namur ; il s'agirait d'une extension des espaces pour piétons mais avec maintien de la physionomie générale du carrefour.

Source et remerciements

- "L'histoire d'Ixelles en quelques pages": fascicule introductif. Édité par la Commune d'Ixelles. Édition d'avril 1998.